Retour vers résumés

19- La Hache

Un cadavre dans une cave en plein hiver, ça vous rappelle rien ? Sauf que sa mort à lui, elle a pas grand chose à voir avec la came. Quoi que ! Avec McBain, faut s'attendre à tout. C'est encore Carella et Hawes qui s'y collent et je peux vous dire que ça caille ! Tant pis pour Monoghan et Monroe qui sont à Miami ! Ils savent pas ce qu'ils perdent ! Allez, on redescend à la cave ! C'est un gamin qui a donné l'alerte. C'est lui qui a trouvé George Lasser, le gardien de l’immeuble, un type pas vraiment jeune (il est né le 15 octobre 1877), avec une hache plantée dans le crâne. Ma tête à couper ! Et qu'est ce que les uniformes ont ramassé en prime ? Un black, un rien simple d'esprit qui traînait dans le coin en bras de chemises. Il est fou, non, avec le froid qu'il fait ! Il doit pas avoir toute sa tête, le gars ! Sam Whitson, c'est son nom. Il cherche sa hache. Pour refendre du bois. Nous on sait où elle est, mais on ne sait pas qui l'y a mise. Je ne sais pas si je vous ai dit, mais McBain raffole des histoires de hache comme ustensile de ménage. Très peu sont les romans où il n'y fait pas au moins une petite allusion. Fin de la parenthèse.

Une histoire de fous, je vous dis ! Carella et Hawes s'embarquent en oldsmobile direction la résidence Lasser, et qui est-ce qui leur ouvre la porte quand ils sonnent ? Une sonnée : Mme Lasser. Heureusement, elle est pas seule, elle a son fils. Le problème, c'est que le dit fils, il semble pas être parfaitement net non plus : il met jamais les pieds dehors ! L'agoraphobie, ça se soigne ! Heureusement qu'on rencontre des voisins diserts !

Carella et Hawes, ça leur plaît tellement ce petit bled, qu'ils y retournent le samedi 4 janvier. Pour y rencontrer une bande de joyeux drilles, les Gais Lurons dont la moyenne d'âge oscille autour de 95 printemps. Ces anciens combattants de la guerre de 1898 dont Lasser faisait partie ont été pas mal décimés, d'accord, mais ils ont encore quelques souvenirs disparates : le passé militaire de Lasser, son mariage en janvier 1904 avec Estelle Valentine, ses combines pour faire de l’argent, son affaire de bois revendu aux locataires et les parties de dés clandestines dans le sous-sol de l’immeuble. Si c'est pas de la brioche, tout ça !

De retour à Isola, Carella branche Gimp sur les parties de dés et convoque le sergent Ralph Corey dans son bureau pour le sonder sur les jeux clandestins qui se déroulent dans son secteur. Pour Carella, pas de doute, Corey en croque ! Hawes retourne dans la cave et se heurte à John Iverson, le gardien de l’immeuble voisin qui provisoirement supplée à l'absence forcée de Lasser. Un immeuble sans gardien c'est un peu comme un billot sans hache.

Qui a essuyé le rayonnage ? Quel est le prénom de la femme du frère de Grossman ? Georgie est-il un dealer ? Qui a volé deux machines à écrire dans une agence littéraire ? Pourquoi Hawes s'engueule-t'il avec Murchison ? La schizophrénie paranoïaque entraîne-t-elle obligatoirement un internement ? Allie Spedino dit le Requin est-il aussi minable que ça ? Question de Carella : comment un gardien d'immeuble peut-il payer une luxueuse maison de santé à son épouse et un collège privé à son rejeton ? Comment les informateurs peuvent-ils se payer des séjours à la Jamaïque ? Aimez-vous l'Ovomaltine ? La phobie du sang peut-elle vous exclure de la liste des suspects ? Quel rapport y a-t-il entre un bouton de cuivre et une clé anglaise ? Le prêtre qui officie lors de l'enterrement de Corey est-il un honnête homme ? Le vendredi est-il le jour du poisson ou celui des aveux ? Les voisins sont-ils toujours des salopards ? L'épouse d'Allie Spedino est-elle un dragon ? Avez-vous lu Faites-moi confiance ? Savez-vous de quel bois je me chauffe ? Et surtout ne vous creusez pas la tête en vous fendant la gueule !

  Û Ü