Retour vers résumés

3- Le Fourgue

Les saisons passent : à l'été de Du Balai, à l'automne de Le Sonneur, succède l'hiver et son lot d'intempéries : vent, neige et verglas. A 2H du matin, le lundi 18 décembre, l'agent Dick Genero fait sa ronde et ne découvre rien de mieux qu'un jeune homme étranglé dans un sous-sol, à deux pas de chez Max Cohen, le tailleur.

Steve Carella qui fait équipe avec Bert Kling, le nouveau promu, le rejoignent. Et les carabiniers débarquent aussi en la personne de Joe et Fred, ébauches de Monoghan et Monroe avec lesquels il pourrait ne jamais y avoir d'enquêtes, puisque chez eux l'apparence a valeur de réalité. Carella n'est pas du même bois : la vue de la couleur de la peau du mort, du noeud latéral, des seringues et des capsules qui traînent, lui font rapidement émettre des doutes sur le suicide et sur le décès par strangulation.

Un pas est franchi : les flics du 87th entrent à la fois dans la communauté portoricaine et les milieux frelatés des dealers où prostitution et toxicomanie forment un indélicat cocktail. Après confirmation du médecin légiste qui n'est pas encore Blaney, l'enquête va s'orienter sur les pourvoyeurs de came. L'enquête est également interne : le lieutenant Byrnes apprend que son fils Larry, en rupture d'études, n'est peut-être pas étranger au décès du jeune type.

Les événements s'accélèrent : Meyer et Willis se rendent à l'Hôpital Central : la soeur du jeune homme a été admise aux urgences après s'être fait agresser. Byrnes et son épouse Harriet font face à Larry en réel état de manque. Carella planque vers la cage aux lions, lieu d'échange.

Larry est-il le meurtrier ? La carrière de Byrnes est-elle compromise ? Qui plus est, Carella se fait descendre lors d'une seconde planque au même endroit. C'est Gimp l'indicateur qui va tirer ses marrons du feu : il va aiguiller le 87th sur la bonne piste et sa visite à l'hôpital changera ses relations avec Carella qui flirte avec la mort, mais s'en tirera. Teddy peut respirer, nous aussi.

 

  Û Ü