Retour vers résumés

24- Mort d’un tatoué

Octobre. Si vous avez aimé On suicide, faites-moi confiance : vous aimerez Mort d'un tatoué.

Genero a changé de costard.

Dans un appartement, Monoghan et Monroe, les Dupondt de la Crim, concluent en pros au suicide devant le cadavre d'une femme mariée, celui d'un type qui s'est refait un lifting avec un fusil de chasse calibre 12 et une douille du dit fusil. Heureusement le professeur Carella rectifie le tir pour son jeune ami Kling : avec un fusil à pompe, il faut pomper pour éjecter la douille et l'allongé, comment qu'il aurait pu pomper, hein ? Devant des cafés, Carella et Kling interrogent un laitier. Et pourquoi pas un cafetier devant des verres de lait ? Les Leyden étaient clients : ils lui prenaient une bouteille tous les deux jours ; un couple uni et sans histoire d'autant que lui avait souvent des absences prolongées.

La mère de Leyden, Gloria, insiste pour que Carella la conduise à la morgue où ils surprennent l’employé, le nez fourré dans un bouquin porno : elle identifie sa bru au naevus qu’elle a sur un sein et son fils à son tatouage au bras gauche.

Le matin du lundi 28 octobre, le soleil brille sur la Harb et dans les yeux de la réceptionniste de la SATM (tracteurs) quand elle voit Kling ; Joe Witters qui vice-préside, qui connaît les femmes et qui employait Leyden, ajoute sa pierre à l'édifice. Leyden absent six mois sur douze n'aurait jamais dû se faire tuer puisqu'il avait à naviguer entre San Francisco et Portland où il devait recevoir un carnet de chèque.

Pour les empreintes, peau d'hareng ! Reste le fusil. Il a été vendu tout à fait légalement à un certain Damascus. On a son adresse, on y va et comme personne ne répond quand on frappe, on frappe plus fort et la porte dégondée de bailler sur un local triste, vide et sale. Comme c'est Kling qui a enfoncé la porte (Il n'avait pas de pied-de-biche !), c'est lui qui va chercher le gardien (Il a toujours son pied-bot !). On cherche, on trouve cigarettes, whisky et pour les p'tites pépées, Yancy, le gardien,explique à Carella que Damascus, célibataire, reçoit des femmes dont une rousse qui conduit une Buick jaune et qu'il est videur dans une boîte de nuit. Rideau !

Fausse sortie. Si Carella et Kling sont rentrés dans leurs foyers, Meyer est sorti du 87th par la poétesse Margie Ryder lardée avec un couteau à pain et découverte ainsi par Barnabas Coe, amateur moins de poésie que de petites portoricaines.

Allez, j'vous laisse, ma femme m'attend !

La fraîcheur de Hawes s'accomodera-t'elle de la circonspection de Meyer ? Le désir charnel de Kling viendra-t-il à bout de la continente Cindy ? Les policiers sont-ils des voyeurs, Docteur Freud ? Anne Gilroy est-elle nymphomane, Docteur Jung ? Kling succombera-t-il ? Est-ce qu'Halloween précède la Toussaint ? Est-ce que les faits divers font partie d'Halloween ? Est-ce que je dois entrer en psychanalyse si je rêve que ma sorcière bien-aimée chevauche mon balai magique ? Est-ce que Carella qui sort ses jumeaux pour la parade d’Halloween sera privé de dessert par sa bonne s'il rentre après 19 heures ? Hawes reconnaîtra-t-il Roger Broome ? Un rasoir électrique laisse-t-il plus de peau qu'un fusil de chasse ? Peut-on ne pas aimer sa bru parce qu'elle a un tas de cousins et qu'elle est sujette aux fausses couches ? Si Brown est surpris par une belle rousse, est-ce que ça peut m'arriver aussi ? De quelle nationalité est le guitariste Luis Josafat Garzon ? Carella préfère-t-il dépendre les stores pour Teddy chez lui ou se faire assommer pour rien chez les Leyden ? Kling est-il plutôt fidèle, plutôt frustré, plutôt rossé (Rayer la bonne réponse) ? Murchison est-il mormon ? Est-ce qu'il fait beau aux Antilles ? Est-ce qu'assécher un compte ça donne soif ? Qui a tué Margie ?

  Û Ü