Le temps réel et le temps nécessaire

Illustration de JL Zirnhelt

 

Le temps dans les romans de McBain est une donnée élastique dont l'auteur joue : les intrigues succèdent les unes aux autres dans un temps quasi réel que l'on peut mesurer, qui est le temps du quotidien, celui du calendrier. Au contraire ses personnages sont passagèrement figés dans leur âge car pour eux (et le moyen de faire autrement) le temps se ralentit. Les jumeaux n'en finissent plus d'avoir 10 ans et Meyer est bloqué à 37 ans pendant plus de 10 ans. Qui plus est, tout le monde ne vieillit pas en même temps.

Evidemment McBain donne des dates qui correspondent je pense à celles du temps de l'écriture. La saga du 87th débute en 1956 (ou 1955), le dernier en date des romans est de 2000 soit 45 ans. Reprenons : nous avons la chance d'avoir un roman par an en moyenne et même un peu plus : donnez-moi l'âge de Carella en 1956 ? quel âge aurait-il en 2000 ? eh bien, simplement 45 ans de plus ! c'est-à-dire aux environs de 70 balais : vous croyez que ce serait un âge qui lui permettrait de courir encore avec efficacité après les malfrats ?

Par contre, une datation pointue, et elle est rendue possible par les précisions que fournit l'auteur lui-même, permet de fixer quasiment au jour près (voir datation) le début et la fin des enquêtes. Les rappels fréquents à des événements antérieurs souvent datés donnent l'illusion de la continuité : la vie familiale de Carella comme les modifications urbaines d'Isola, la vie sentimentale de Kling comme la modernisation du 87th, tout s'emboîte, tout s'enchaîne.

Un paradoxe en passant : le temps professionnel des inspecteurs du 87th, celui qui permet d'enchaîner les intrigues et que j'ai relevé dans les chapitres datation et allusions, bloque la croissance des personnages ; il ne coïncide pas avec le temps personnel : les inspecteurs vieillissent moins vite que leurs enfants ou lorsqu'ils adoptent le même rythme lent, les années continuent de s'accumuler sans les effleurer.

Saturne McBain ne mange pas ses enfants  : il ralentit leur croissance pour notre plus grand plaisir.

Retour au sommaire